Europe > France > Nouvelle-Aquitaine > Lot et Garonne > Fumel Communauté > Monsempron-Libos
Vous êtes ici : Accueil /La commune / Histoire et Patrimoine / Le Château Prieural
pdf

Le Château Prieural

L’église élevée au XI e siècle est reconstruite dès le début du siècle suivant pour subir de profonds remaniements: on perce le chevet pour ajouter des chapelles extérieures rayonnantes et on élève un clocher à la croisée du transept, supporté par quatre puissants piliers à chapiteaux ornés.
Si, au travers de sa crypte, l’église de Monsempron a conservé un témoignage de sa première construction par les moines d’Aurillac rien ne subsiste dans les murs actuels du prieuré d’une très probable première construction d’un monastère lors de l’installation de ces moines.
Les parties les plus anciennes, les caves et le rez-de-chaussée, sont postérieures à la reconstruction de l’église et ne semblent pas être antérieurs au milieu du XIIe siècle.
À cette époque le monastère développe ses salles autour d’un petit cloître adossé au mur septentrional de la nef de l’église.

Son aile nord est bâtie sur des caves semi-enterrées et en partie voûtées.
Vers l’Ouest s’étendaient les dépendances (silos, ateliers, écuries...). Autour de 1300 le prieuré atteint l’apogée de sa richesse.
Le prieur ajoute au bâtiment deux étages aux extrémités Est et Ouest et un étage sur l’aile Nord.
Ainsi vient se superposer au monastère primitif un « palais prieural » doté d’une grande salle seigneuriale d’environ 110 m².
L’abandon, au moins partiel, du bâtiment lors de la guerre de cent ans - et peut-être quelques assauts violents - rendent nécessaires des réparations.
Les archives mentionnent encore un épisode violent en 1467, après la guerre de Cent Ans.
Vers la fin du XV e siècle le prieur en profite alors pour remettre au goût du jour les baies de l’étage (résidence du prieur).
Les grandes fenêtres à meneaux gothiques encore visibles actuellement prennent la place des fenêtres géminées vieilles de deux siècles.Environ un siècle plus tard, après la sécularisation du prieuré et à la fin des guerres de religions, le rez-de-chaussée du bâtiment (le monastère primitif jusque là inchangé) est à son tour remanié, transformant l’ensemble du monastère en demeure seigneuriale: le « château prieural » des archives modernes.
L’ancien réfectoire est cloisonné. De grandes fenêtres à doubles meneaux remplacent les étroites baies romanes de la façade Nord et permettent de fermer la galerie du cloître en prenant la place d’anciennes arcades en plein centre.Au cours de la Révolution une partie du bâtiment est mise en vente et achetée par un maçon qui la transforme en carrière.
La presque totalité des dépendances et l’aile Ouest sont détruites peu à peu.
Tout au long du XIXe siècle l’aile Est reste le presbytère, propriété de la commune.
L’aile Nord, conservée, et les anciennes dépendances, reconstruites, changent plusieurs fois de propriétaires et finissent par être transformées en école confessionnelle pour jeunes filles.
Après la séparation de l’Eglise et de l’Etat en 1905 l’école confessionnelle ferme ses portes et, rachetée par le prêtre de la paroisse, devient le presbytère.
L’aile Est - toujours propriété de la commune - est transformée en appartements.
Depuis 1989, la commune, ayant racheté le presbytère, est propriétaire de l’ensemble du château prieural (à l’exception des dépendances).
Dès cette date des travaux de restauration ont été entrepris. Quatre salles accueillent désormais de nombreuses expositions d'art contemporain.

Mairie de Monsempron Libos, BP 18 - Place de la Mairie, 47500 Monsempron-Libos - Tél. +33 (0)5.53.71.11.56 - Fax: +33 (0)5.53.71.07.96